Industrie du vin : Quelle communication pour conquérir les marchés étrangers ?

La France : pays du vin

Outre le succès des vins dans notre chère France, il reste important de savoir que nos boissons, issues de simples grains de raisins, font fureur au-delà de nos frontières. Concernant la culture du vin, la France est séparée en parties bien distinctes produisant des vins différents selon les régions et leurs climats. Le prix du vin le mieux vendu est attribué au vin Bordelais avec une exportation ayant atteint des records en 2011. En effet, le vignoble a exporté 2,16 millions d’hectolitres, soit 288 millions de bouteilles pour une valeur de 1,97 milliard d’euros, selon le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB).

La promotion du vin français à l’étranger

Avant toute exportation, il est important pour les producteurs français locaux d’envisager une certaine adaptation de leurs produits, de leurs prix et de leur communication :

  • Le moyen de transport utilisé pour acheminer le vin vers le territoire visé est-il compatible avec un envoi par caisses de bouteilles en verre ou implique-t-il un emballage en cubis ?
  • Le consommateur est-il favorable aux bouchons synthétiques (moins cher) ou exige-t-il des bouchons en liège ?
  • Le vin n’est-il pas trop sucré (à l’inverse : pas trop amer) pour ce marché ?
  • Ou encore cette fameuse question : combien le futur consommateur est-il prêt à payer pour ce nouveau produit ?

Ce sont autant de questions auxquelles doivent répondre les producteurs vitivinicoles français avant de commercialiser un vin dans un nouveau pays.

Cependant, une fois passée cette première étape de commercialisation, il faut encore adapter la technique de communication autour du vin. Le plus grand vin français peut se trouver en face du consommateur Japonais par exemple, si ce-dernier ne comprend pas l’étiquette, il n’en saura rien et le traitera comme tout autre vin. Pire, il pourrait même avoir un comportement méfiant à l’égard de ce nouveau produit. La traduction des étiquettes et emballages de vos vins constitue donc la seconde étape essentielle du processus de commercialisation de vos produits à l’étranger en vous permettant d’éviter tout malentendu.

Toutefois pour vendre et réellement rentabiliser l’exportation d’un produit, « éviter les malentendus » ne suffit pas, il faut se rapprocher du consommateur, faire en sorte que le produit fasse partie de son quotidien, que la marque lui soit familière. Et pour cela il faut « localiser » sa communication, c’est à dire l’adapter à la langue, bien-sûr, mais aussi à la culture des futurs consommateurs. Bien plus qu’une simple traduction, la localisation de la documentation d’un vin et des campagnes marketing qui l’accompagnent constitue la dernière étape cruciale de sa commercialisation en apportant un réel avantage à sa promotion.

Comment localiser la communication de son Vin ?

Faire appel à une agence de traduction professionnelle certifiée est la solution la plus sûre. C’est d’ailleurs également la plus utilisée par les producteurs français lorsqu’il s’agit de traduire et localiser leurs plaquettes (documents professionnels décrivant les vins et la manière dont ils ont été produits). En effet, ces agences emploient des linguistes experts dans le domaine du vin et natifs du pays d’exportation qui connaissent donc parfaitement les termes techniques et les codes culturels à appliquer. Ces professionnels apportent un véritable « plus » à la description du produit ce qui facilite fortement l’entrée du vin dans le pays étranger et son acceptation par le consommateur.

Choisir son agence de traduction certifiée

Il existe de nombreuses agences de traduction proposant des services de localisation sur le marché. Alors comment choisir la vôtre ? Pour sélectionner le bon partenaire, nous vous conseillons de tenir compte des trois points suivants :

    • Vérifier que l’agence est bien certifiée, c’est-à-dire qu’elle possède au minimum les certificats ISO 9001:2008 et ITI. Ces labels vous permettront d’être sûrs que l’agence ne travaille qu’avec des linguistes professionnels qui respectent un strict processus de traduction. Cette preuve de qualité vous évitera les mauvaises surprises. Surtout si vous ne comprenez absolument pas la langue du pays vers lequel vous exportez.
    • S’assurer que l’agence travaille avec des traducteurs et interprètes spécialistes du secteur agroalimentaire. Tous comme les médecins, les traducteurs et interprètes ont des spécialités. En effet, vous n’iriez pas voir un podologue pour vous faire opérer du cœur, alors ne confiez pas la traduction – localisation de vos étiquettes de vin à un traducteur spécialiste de l’industrie automobile !
    • Préciser sa demande et requérir explicitement des services de « localisation ». La plupart des traducteurs qui proposent ce service ont également suivi une formation en marketing ou en communication. En spécifiant votre requête, vous êtes sûrs que l’agence attribuera votre traduction-localisation à l’un d’entre eux : une assurance supplémentaire pour obtenir une localisation parfaite !

Chez Global Voices, cela fait des années que nous traduisons et localisons pour les entreprises du secteur agroalimentaire. Notre processus de traduction bien établi et notre suivi client de qualité nous ont d’ailleurs valu l’obtention des certificats ISO 9001:2008 et ITI ainsi que de très bons retours de la part de nos clients.

Vous souhaitez travailler avec nous ? Appelez-nous au 01 70 61 77 68, envoyez-nous un mail à info@globalvoices.fr ou demandez directement votre devis de traduction en ligne.

Nous vous répondrons dans l’heure qui suit !

Ce site utilise des cookies de suivi afin d’améliorer l’expérience utilisateur. En utilisant notre site web, vous consentez à l’utilisation des cookies de suivi, conformément à notre politique en matière de cookies.

Acceptez